SPLA : Portail de la diversité culturelle
RDC-Cultures

RDC : 2ème FIFE (Festival International du Film et de l'Écrit)

RDC : 2ème FIFE (Festival International du Film et de [...]
Genre : Communiqués de festivals
Contact Mr Georges NZUZI SALAMBIAKU Tél. 00243991501 40 23 - 90 396 08 80-85 129 12 85 E-mail : nzuzi.georges@gmail.com ou Association Congolaise des Critiques Cinématographiques, ACCC Tél. 89 893 19 25 - 84 781 70 49 E-mail : acccdrc@gmail.com.
Rubrique : Cinéma/tv
Publié le : 22/10/2014
Source : Communiqué de presse / Press Release

Organisation à Kinshasa du 25 au 28 novembre 2014 du Forum socioculturel et économique sur le cinéma.

L'Association Congolaise des Critiques Cinématographiques, ACCC en sigle, organise, en marge de la 2ème édition du Festival International du Film et de l'Ecrit (FIFE), un Forum socioculturel et économique sur le cinéma, du 25 au 28 novembre 2014 à Kinshasa. Ces assises auront pour thèmes "le cinéma congolais face aux défis du développement socioculturel et économique de la RDC". Il connaîtra la participation des acteurs venant des horizons divers et qui prennent part active dans le développement socioculturel et économique de la RDC. Plusieurs thèmes seront abordés au cours de ces rencontres et tourneront autour du cinéma congolais. (Historique, évolution, situation présente et perspective). Un accent particulier sera mis sur le partenariat, l'entreprenariat et l'investissement dans le secteur du cinéma et de l'audiovisuel pour le progrès.

Ce 2ème Forum, après la Table Ronde de 2007 et tant d'autres rencontres, est donc une occasion inespérée offerte aux professionnels du cinéma ou de médias, décideurs, investisseurs, mécènes, entrepreneurs et chercheurs pour réfléchir sur le 7ème art au vu et au su de la situation présente du cinéma se servant du passé et des expériences des autres. Car, ce cinéma peine à décoller et à s'organiser alors que la RD Congo dispose d'immenses potentialités humaines qui n'attendent qu'un semblant d'organisation pour qu'éclorent les talents.

L'organisation de ce 2ème Forum parait important parce qu'il pourra permettre de clarifier les choses, redynamiser ce secteur, faire le point sur les connaissances actuelles dans le domaine du cinéma congolais, revisiter l'histoire et évaluer la production, quelle politique mettre sur pied en matière de production, de diffusion et de rentabilisation des ressources pour ce géant au cœur de l'Afrique. Ceci est d'autant important que selon le rapport sur l'économie créative publié par les Nations Unies en 2008, les exploitations internationales des biens et services culturels se sont élevés à 335 milliards de dollars en 2005, soit 3 % du commerce global. Durant la période de 2000 - 2005, la croissance annuelle de ce secteur à l'échelle mondiale a été de 8,7 % en moyenne. Pour la même période en Europe, il s'est révélé le domaine économique le plus performant en terme de croissance (12,3% de plus que les autres secteurs en moyenne) aussi bien que sur le plan d'emploi (5,6 milliards des travailleurs culturels en Europe). Toujours selon le même rapport sur l'économie créative, l'économie culturelle d'Afrique contribue à hauteur de dollars 1,5 milliard d'exploitations mondiales (dont 500 milliards de dollars par l'Afrique du Sud et 457 milliard pour l'Afrique du Nord). Au-delà du poids considérable des industries créatives dans l'économie actuelle d'Afrique, plusieurs analyses estiment que le secteur artistique et culturel, en l'occurrence les arts visuels et cinématographiques joue un rôle déterminant dans la construction des nouveaux modèles de société à l'échelle mondiale et plus particulièrement pour les pays du sud : elles peuvent répondre à plusieurs enjeux cruciaux tels que : l'écologie et le développement durable, la citoyenneté, l'éducation, etc.

Il sera, en outre question, au cours de la Randonnée Cinématographique et Littéraire du FIFE, du 29 novembre au 10 décembre 2014, à l'issue de ce Forum, d'examiner les possibilités de la professionnalisation de ce métier et de l'industrialisation de cet art, d'exalter et de renforcer la culture cinématographique, le civisme fiscal et l'éthique d'une part et de soutenir les actions à impact visible de ceux qui s'investissent en faveur du bien-être de la population parmi laquelle le créateur de l'image de l'autre.

A la lumière de ce précède, il y a lieu de retenir, en dépit de l'essor qui se dégage au niveau de l'industrie cinématographique pour le Burkina Faso ou encore le secteur audiovisuel et le tourisme pour l'Afrique du Sud, la RDC est loin de capitaliser cet art et la littérature qui sont les nouveaux créneaux du développement pour relancer son économie.

Laissez-nous vos commentaires !

Laissez-nous vos impressions, remarques, suggestions pour améliorer le nouveau site Sudplanète. N'hésitez surtout pas à nous rapporter les éventuels bugs que vous pourriez croiser.

Partenaires

  • Arterial network
  • RDC : Groupe TACCEMS

Avec le soutien de